Mâchoire qui craque et mâchoire douloureuse? Vite chez l'ostéo!

Douleurs à la mâchoire… et si ce n’était pas qu’un problème de mâchoire?

Traitement des douleurs de la machoire par un ostéopatheLes articulations temporo-mandibulaires (ATM) sont situées juste devant l’oreille. Elles constituent ce que l’on appelle la mâchoire et permettent à la mandibule, en s’articulant avec le crâne, d’ouvrir et de fermer.

Les personnes ayant un problème de mâchoire éprouvent généralement différents symptômes locaux et à distance.

Symptômes locaux :

  • Mâchoire qui craque
  • Douleur à la mâchoire
  • Douleur aux dents
  • Douleur aux gencives
  • Douleur à la gorge ou dans le cou
  • Difficulté à avaler
  • Douleur à l’oreille
  • Sensation d’oreille bouchée
  • Bourdonnements d’oreille ou un sifflement dans les oreilles
  • Tension musculaire donnant la sensation d’une constriction des mâchoires
  • Mâchoire bloquée en ouverture ou en fermeture
  • Serrement et grincement des dents la nuit

Symptômes à distance :

Parce que plusieurs muscles qui s’attachent sur la mâchoire la relient à d’autres structures comme le cou, les épaules, le crâne et le thorax, si vous souffrez d’un dérangement temporo mandibulaire (DTM), vous présentez probablement quelques-uns de ces symptômes :

Avec le temps, je réalise que les personnes qui me consultent pour un problème de mâchoire présentent fréquemment d’autres types de douleurs. J’ai donc entrepris des recherches sur les types de problèmes que l’on retrouve le plus souvent avec un dérangement temporo mandibulaire (DTM) :

  • Cervicalgie et céphalée – 44% à 55% des personnes souffrant de cervicalgie et céphalée présentent un DTM
  • Fibromyalgie – 80% des femmes souffrant de fibromyalgie présentent un DTM
  • Syndrome de fatigue chronique – 42% des personnes souffrant d’un syndrome de fatigue chronique ont rapporté un diagnostic antérieur de DTM
  • Syndrome du côlon irritable – 42% des personnes souffrant d’un syndrome du côlon irritable sont aussi aux prises avec un DTM.
  • Lichen scléreux – 13% des personnes souffrant de lichen scléreux ont rapporté présenter un DTM, comparé à 7% des personnes d’un groupe contrôle.
  • Vulvodynie, vestibullite et vestibulodynie – 78% des femmes souffrant de vulvodynie souffrent aussi de douleurs d’un DTM.

Ce qui m’a amené à me poser la question suivante : les douleurs à la mâchoire ne sont-elles vraiment qu'un problème de mâchoire?

C’est de 15 à 25% de la population qui souffre d’une dysfonction temporo mandibulaire. On a longtemps cru que ces douleurs étaient dues à une mauvaise occlusion (la manière dont les dents entrent en contact entres elles) ou plus généralement à un problème de dents, mais les études (Manfredini 2012 et Turp 2012) démontrent qu’il n’y a pas de corrélation entre un problème d’occlusion et le développement d’un dérangement temporo mandibulaire (DTM). Ce qui veut dire que les traitements orthodontiques ne sont probablement pas la meilleure stratégie thérapeutique.

Alors si ce n’est pas un problème de dents, à quoi est dû un dérangement temporo mandibulaire (DTM)?

Plusieurs facteurs, parfois apparemment très éloignés de la mâchoire, sont en jeux dans la perception de vos douleurs (la génétique, le tabagisme, l’anxiété, la dépression, les allergies et l’inflammation).

Et c’est aussi vrai pour les douleurs à la mâchoire. En somme, si vous êtes une femme, entre 20 et 40 ans, que vous avez subi un trauma au niveau de la tête, tel un coup, un accident de voiture entrainant un whiplash/coup du lapin ou une opération (mâchoire, épaule, cou, gorge, yeux), un traitement orthodontique et qu’ensuite vous avez vécu ou vivez encore une grande période de stress, vous êtes définitivement à risque de présenter des douleurs près des articulations temporo mandibulaires.

Ce sont ces découvertes qui guident ma pratique en tant qu’ostéopathe. C’est-à-dire que si vos douleurs sont limitées à la région de la mâchoire, probablement qu’une approche thérapeutique de la zone douloureuse, du crâne et du cou sera suffisante.

Cependant, si vous souffrez d’autres douleurs telles qu’énumérées plus haut, vous aurez avantage à consulter un thérapeute qui prenne en considération l’ensemble de vos symptômes parce qu’il y a visiblement une interrelation entre ceux-ci. En fait, il semble que la douleur à la mâchoire puisse être un des symptômes d’un syndrome de douleur chronique idiopathique plus large. L’intérêt de consulter en ostéopathie est justement l’approche globale. Vous pourrez ainsi réduire la douleur, probablement diminuer la prise de médicament anti-douleur et récupérer une amplitude normale d’ouverture de la bouche.

Que faire pour soulager les symptômes locaux?

Pour soulager la douleur à la mâchoire, vous pouvez :

  • Modifier la diète – en évitant les aliments demandant beaucoup de mastication
  • Éliminer les mauvaises habitudes qui sur-stimulent l’ATM – mâcher de la gomme, se ronger les ongles, se mordiller les lèvres, serrer les dents, etc.
  • Appliquer de la chaleur localement
  • Masser les points douloureux
  • Prendre des relaxant musculaire (si votre pharmacien n’y voit pas de contre-indication)
  • Porter une plaque occlusale (si prescrite par le médecin/dentiste)
  • Informer le dentiste - pour qu’il puisse prendre des pauses lors des traitements/nettoyages dentaires et ainsi éviter de stresser les muscles de la mastication et l’ATM.

En français, les termes suivants : syndrome algo-dysfonctionnel de l’appareil manducateur (S.A.D.A.M.), syndrome de Costen et dérangement temporo mandibulaire (DTM) désignent tous un ensemble de symptômes similaires dont la quantité et l’intensité varient d’une personne à l’autre.


Crédit photo : freeiimages.com / Kristin Smith

Cynthia CHAPDELAINE

Ostéopathe Diplômée en Ostéopathie (D.O.), à Montréal, Qc. 
Spécialisée dans le traitement des douleurs de la mâchoire